[RP GLOBAL] Votre arrivée sur l'île.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[RP GLOBAL] Votre arrivée sur l'île.

Message par E.V.E. le Jeu 31 Aoû - 21:53


Votre arrivée sur l'île

Vous vous réveillez dans un bâtiment inconnu. Il y a des gens tout autour de vous, qui semblent être dans la même situation, et ils vont sont tous aussi étrangers les uns que les autres. Le téléphone qui ne ressemble pas au votre dans votre poche refuse de s'allumer.

Que faites-vous ? Où allez vous ? Cherchez vous une sortie ? Seul ? En groupe ?

Une annonce au travers des enceintes vous explique pourquoi vous êtes là.

Comment réagissez-vous ?

Le "E.V.EPhone" s'allume, et vous dévoile votre Ultimate.

Qu'en pensez-vous ? Vous en doutiez-vous ?

Enfin, vous pouvez sortir.

Vers où allez-vous ?

Dites nous tout. Dans ce RP, décrivez vos premières minutes sur l'île - vos premiers sentiments sur l'île.


N'oubliez pas de vous aider du contexte !
Attention, votre réponse doit être faite indépendamment des autres. Vous ne pourrez pas poster deux fois non-plus.
avatar
E.V.E.
IA
http://enclosed.forumactif.com/ http://enclosed.forumactif.com


E.V.E.
IA



Messages : 44
Points : 94
Date d'inscription : 27/07/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP GLOBAL] Votre arrivée sur l'île.

Message par Agnes Cheshire le Ven 1 Sep - 5:20


Arrivée sur l'île
FT. MON DIEU, QUI ?

Les yeux fermés, Agnes est paisiblement allongée sur le sol. Pour diverses raisons, elle en a l’habitude, aussi cela ne la dérange-t-il pas, et elle ne s’alarme pas immédiatement.
Mais aussi bête la jeune femme soit-elle, elle ne peut pas rester éternellement couchée par terre sans souvenir remontant à avant cela, et ne jamais se poser la moindre question. Bientôt, elle ouvre les yeux, paniquant soudainement :
« Où suis-je ? », se demande-t-elle.
Immédiatement, elle se persuade qu’elle a fait quelque chose de mal, ou qu’elle n’a pas fait assez attention, et qu’elle s’est encore mise dans une situation des plus terribles, mais quand elle se décide d’utiliser la fonction la plus basique de ses globes oculaires et regarder autour d’elle, elle réalise qu’elle est dans un couloir, entourée de plein d’autres personnes qu’elle ne connaît pas et qui ne semblent pas non-plus se connaître les-uns-les-autres, ce qui n’est pas l’image qu’elle se fait d’une situation de kidnapping à courte ou longue durée.
Perdue, sans plus réfléchir, elle se relève délicatement, de peur de s’abîmer, peut-être, et se dirige timidement vers l’inconnu le plus proche. Elle tient ses mains contre son cœur comme elle le fait si souvent, et se met droit devant lui pour s’assurer d’attirer son attention.
« Euh… commence-t-elle, prenant son temps pour s’exprimer, excusez-moi… Pourriez-vous m’indiquer où on se trouve ? »
Elle regarde l’inconnu dans les yeux de son grand regard mouillés, l’air déjà désolé de l’avoir dérangé, mais espérant une réponse, ou au moins de la compréhension de sa part.
L’inconnu, cependant, la regarde tellement de travers que son visage s’incline, et fronce les sourcils.
« Bien sûr, on est chez moi, tu vois pas ? », répond-t-il d’un ton agressif.
Agnes entre-ouvre la bouche, surprise ; l’espace d’un instant elle croit ses mots et se pose toutes sortes de questions, mais il ne lui suffit que d’une seconde de réflexion pour réaliser que cet homme à qui elle s’est poliment adressée l’envoie violemment bouler sans la moindre raison.
Voyant qu’elle n’a pas encore bougé, il ajoute :
« Bah je sais pas plus que toi, duconne. Tu vois pas qu’on est tous paumés ? Allez, dégage, tu me fais perdre mon temps. »
Par réflexe, la jeune femme baisse les yeux et se décale sur le côté, afin de laisser son interlocuteur qui auparavant ne donnait pas le moindre signe de bouger s’en aller. Alors qu’il est déjà plusieurs pas plus loin, elle a toujours les yeux rivés sur le sol, ayant du mal à dissimuler le fait que des larmes bordent ses paupières. Elle a l’habitude qu’on soit injuste et violent avec elle, mais elle ne s’y habituera jamais complètement, et ne peut pas s’empêcher d’être choquée et blessée à chaque fois.
Bien que l’échange ait été assez fort, personne ne vient lui parler, pour la consoler, ou par politesse, tout simplement. Au milieu de tous ces inconnus, elle se sent plus perdue que jamais – en en plus, elle se sent ridicule.
Elle ne sait pas où elle est, et ça ne fait que quelques minutes qu’elle est là, mais elle déteste déjà cet endroit.
Cependant, elle décide soudain qu’elle ne peut pas se laisser abattre ; fronçant ses adorables petits sourcils, les yeux encore humides, elle lève la tête, et jette un regard de plus alentour, avant de s’avancer dans le couloir à la recherche d’une sortie.
Au bout, elle trouve une cage d’escaliers, avec d’autres inconnus dedans. L’espace d’un instant, elle se dit que peut-être que ceux-ci seront plus respectueux, et qu’elle pourrait leur poser une question moins bête, mais elle se décourage rapidement.
« Ça n’en vaut pas le coup. », se dit-elle.
Hésitante, elle avance lentement dans les couloirs, jetant des regards dans tous les coins, de tous les côtés, pour s’assurer de ne rien rater d’important, mais un sentiment plus en plus fort que tout ce qu’elle fait ne sert à rien l’entoure, et bientôt, elle sent qu’elle va laisser tomber, se rassoir sur le sol et attendre que les choses passent.

Mais c’est à ce moment-là que l’annonce qui traverse tout le bâtiment commence. Ne s’y attendant pas, elle laisse sortir un petit « han ! » surpris sur le coup, puis écoute attentivement le message, se concentrant autant qu’elle en soit capable sur ce qui est dit.
« U… Ultimate ? »
Agnes est surprise, voire choquée par tout ce qu’elle vient d’entendre, et elle sait encore moins quoi faire qu’avant, entourée d’inconnus qui risquent de s’en prendre à elle comme ça, mais la seule chose sur laquelle son esprit se bloque est le concept d’Ultimate.
Si elle a bien compris, il s’agit d’un talent, d’une capacité dans laquelle une personne excelle, plus que qui que ce soit d’autre, et chaque individu à l’intérieur de ce bâtiment en possède un – même elle, donc. Mais Agnes n’est bonne à rien ; elle ne comprend pas ce qu’elle fait là, elle aussi, alors qu’elle a beau y réfléchir, même aux choses qu’elle aime faire, elle n’est pas si forte.
Elle commence à se demander si ce n’est pas encore la vie qui lui joue un tour, à l’envoyer dans une expérience horrible où elle n’a même pas de raison d’être à la base, quand elle remarque soudain que tout le monde a dégainé un téléphone absolument identique, et fixe son écran.
Elle reste immobile un instant, le temps que l’information monte à son petit cerveau, puis pour la première fois depuis son arrivée, elle palpe ses poches, et y trouve un téléphone qui n’est pas le sien – un téléphone exactement comme celui des autres.
L’écran est allumé, et sur un fond uniforme s’affichent « E.V.EPhone », un nom étrange, « Agnes Cheshire », le sien, « Ultimate Victime », et
et
Ultimate Victime.
Elle en rirait presque, mais la réalité de la situation rend la chose trop horrible. Ultimate Victime. C’est elle. L’Ultimate Victime.
Ça veut dire que personne en ce monde n’est une victime plus qu’elle.
Ça veut dire… qu’elle est condamnée, d’une certaine manière.
Elle reste là, immobile, à fixer l’écran, mais le voyant flou, et bientôt ses yeux s’emplissent de larmes, qui coulent à grand flot sur ses joues. Elle n’a même pas la force de cacher qu’elle pleure, et se laisser sangloter tout le monde, se répétant dans son esprit les mots « Ultimate Victime ».
C’est si horrible. Si ridicule. Si horriblement ridicule. Elle n’arrive pas à y croire et pourtant… ça ne peut pas être un hasard. Tous ces inconnus doivent aussi avoir un Ultimate qui leur correspond.
Elle entend une autre annonce par les enceintes, mais n’arrive pas à son concentrer dessus, trop occupée à pleurer et essayer de se dire que ça va aller, qu’elle réagit trop pour rien, que ça ne change rien, au fond, et qu’elle devrait s’inquiéter plus de sa situation présente. Elle n’a rien compris, et quand elle voit le groupe se déplacer en masse, elle le suit sans trop regarder, lentement comme un zombie.
Ainsi, elle atteint l’extérieur. Elle est d’abord aveuglée par la lumière du jour, mais respirer du bon air frais la fait se sentir un petit peu mieux, et lui permet de se calmer. Des larmes coulent encore sur ses joues, mais elle ne sanglote plus. Ne sachant pas quoi faire, les gens autour s’éparpillant trop pour qu’elle puisse les suivre, elle jette un autre coup d’œil au téléphone qui est resté dans sa main, et voit un dossier à son nom, avec des informations sur elle, et un numéro de chambre.
Elle se dit qu’elle pourrait s’y rendre, mais cette pensée la rend malade, et elle décide de plutôt s’assoir sur un muret quelques pas plus loin.
Assise, elle souffle, et ferme les yeux, tentant d’oublier ce qui la fait souffrir. Elle repense à la chambre qu’elle voit comme son unique but à présent, et elle se dit « après. »
L’Ultimate Victime a déjà commencé à démontrer son talent d’une manière fantastique.

Agnes Cheshire
Lammy
28/07/2017




Messages : 134
Points : 225
Date d'inscription : 28/07/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP GLOBAL] Votre arrivée sur l'île.

Message par Anko Arihito le Sam 2 Sep - 23:05

Arrivée d'Anko sur l'île.
Tu as les yeux fermés Anko. Tu lâches un grognement en reprenant conscience. Tu te rends compte que tu es par terre. Et tout de suite, tu réagis. Tu ouvres tes yeux, et te relèves prestement. Dépoussiérant ton costume cravate hors de prix. «Où suis-je ?» te demandes-tu. Tu te poses cette très bonne question en remarquant que tu n'es pas seul. En effet, plusieurs autres personnes semblent être aussi perdues que toi. Et voyant l'accoutrement de certains... Ils ne devaient pas mériter ton attention. Peu de personnes méritent l'attention du grand Anko Arihito. Observant les lieux en quête d'un quelconque indice. Tu décides de te séparer du groupe de personnes et part dans les couloirs. Tu marches rapidement, jetant des coups d’œils pour voir si tu es suivi. Après tout, on t'a certainement reconnu, et pour le moment, tu ne veux pas avoir affaire à des fans hystériques qui risquent de te sauter dessus pour avoir un autographe. Tu sursautes légèrement quand une annonce se fait entendre. Tu écoutes attentivement le message, des «Ultimates ? », des personnes étant les meilleurs dans des domaines spécifiques ? Et le bâtiment en est rempli ? Tu fronces les sourcils et réfléchis, quel est donc ton Ultimate ? Tu es bon en tout après tout. Ton seul défaut est de ne pas en avoir. Tu remarques que plusieurs de ces «Ultimates» on sortit un téléphone  identiques et tu fais de même. Après avoir fouillé tes poches, il s'allume affichant un «E.V.EPhone» quel nom étrange ! Tu ne sais pas qui est l'inventeur de ce téléphone mais il n'est pas très doué pour trouver des noms. Sur l'engin se trouve ton nom «Anko Arihito» et un «Ultimate Haughty». Ultimate Haughty. Quoi ? Quelle est cette blague tout sauf amusante ! Tu gardes ton calme mais tu bouillonnes à l'intérieur. Tu es prêt à exploser. Hautain... Toi hautain ? Il est vrai que tu es méprisant avec les pauvres et les personnes qui ne méritent même pas que tu leur accorde un regard. Que tu aimes rappeler à quel point que tu es riche. Que tu apprécies quand tu mets une distance entre toi et une personne pour lui montrer ta supériorité intellectuelle. Mais cela ne veut pas dire que tu es hautain....
Tu ne comprends pas. Ils ont dû se tromper ! Cela ne fait aucun doute. Tu dois être un autre Ultimate ! C'est la seule explication possible ! Sortant de tes pensées quand tu vois qu'un groupe se dirige vers un autre endroit, tu décides de les suivre. Avec un air renfrogné. Tu jettes des regards hautains aux personnes qui osent t'observer. Ahaha c'est beau le déni. Puis vous sortez dehors et tu pars t'isoler. Tu veux un endroit calme où tu puisses réfléchir. Serrant un peu plus ta cravate, tu fis parler ta frustration en donnant un coup de pied dans un caillou. C'est ridicule ! Un véritable scandale, ton père va en entendre parler ! Tu vas même écrire un livre dessus. L'Ultimate Haughty n'a pas dit son dernier mot.

Anko Arihito
Lammy



Messages : 13
Points : 18
Date d'inscription : 01/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP GLOBAL] Votre arrivée sur l'île.

Message par Jan Lyons le Dim 3 Sep - 22:09



Surpris, Jan sursaute et ouvre grand les yeux, seulement pour se retrouver au milieu d’une cage d’escaliers qu’il n’avait jamais vue auparavant, entouré d’illustres inconnus, ce qui ne fait qu’augmenter sa surprise et sa confusion.
Il n’arrive pas à souvenir de ce qu’il faisait il y a un instant, ni à comprendre comment il a pu se retrouver là. Ne sachant que faire ni penser, il observe les personnes assises, allongés, ou maladroitement debout, tout autour de lui, et se rend rapidement compte au vu de leur attitude et à l’écoute des conversations de quelques-uns qu’ils ne savent rien de plus que lui.
Il fronce les sourcils. Il se sent véritablement perdu et n’a jamais fait face à ce genre de situation auparavant – tout cela lui est d’autant plus désagréable que ne sachant pas quoi faire, il ne tient pas la scène sous contrôle.
« T’as qu’à rester là en attendant que les autres fassent quelque chose. Faire la même chose qu’eux au même moment serait se fatiguer en vain. »
« On n’est jamais mieux servi que par soi-même. Lève-toi, et marche, mon grand. »
« Vire les autres de ton chemin et prends le contrôle. »
Les bras croisés, il ne se retient pas de pousser un soupir, jugeant que c’est une réaction normale à avoir dans ce type de situation. Il a du mal à y réfléchir, ses pensées étant trop pressées de se débarrasser de leur problème, et il n’arrive pas à définir s’il s’agit d’un enlèvement à grande échelle ou s’il a perdu la mémoire dans quelconque accident.
Finalement, il hausse les épaules et se lève adroitement, ayant décidé que rester immobile serait la pire idée possible.  Il jette un dernier coup d’œil aux inconnus l’entourant, presque content de ne pas avoir à leur sourire faussement, puis se dirige vers le bas des escaliers, là où se situerait le plus logiquement une sortie.
Il marche dans un long couloir qu’il est absolument certain de n’avoir jamais traversé. Des pensées angoissées commencent à traverser son esprit, mais elles sont rapidement annulées par tant d’autres qui, chacune à leur manière, restent calmes et confiantes. Étant, et ayant surtout l’air largement moins stressé que toutes les personnes l’entourant, il marche d’un pas tranquille, les mains dans les poches. Il sent un téléphone dans sa poche, mais n’y prête pas attention, assumant que c’est le sien.
Bientôt, il arrive devant ce qui semble être la porte d’entrée du bâtiment ; il s’en approche, mais remarque bientôt que les personnes devant sont déjà en train de tenter de l’ouvrir, en vain.
« Ah, shit. »
Il est prêt à commencer à réfléchir à un nouveau plan d’action, passant de nouveau la main dans sa poche afin d’en sortir son téléphone, mais il est coupé dans sa réflexion par une voix traversant tout le bâtiment au travers, visiblement, d’enceintes dispatchées un peu partout à l’intérieur.
Écoutant attentivement la voix déclarant distinctement son message, il jette un coup d’œil au smartphone qui est dans sa main. Il fronce les sourcils, réalisant que ce n’est pas le sien ; celui-ci porte le nom de E.V.EPhone et refuse de s’allumer. Ça ne dit rien qui vaille, mais il en détourne l’attention, afin d’être certain de ne rien rater du message qu’il entend.

Ultimate. Lui et toutes les personnes l’entourant sont des Ultimate. Par réflexe, il jette un regard alentour, le posant sur chaque personne et se demande ce que leur talent peut-être – mais n’ayant pas assez d’éléments pour déterminer facilement une chose de la sorte, il s’arrête pour se faire, figurativement, face à lui-même.
« Ultimate Diva. Ultimate Emmerdeur, peut-être. »
Refusant d’écouter ses propres pensées, il tente de réfléchir à ce que pourrait être son propre Ultimate. Il se sait plutôt doué en pas mal de domaines, mais il n’a rien remarqué qui ressorte particulièrement ; s’il se montre constamment sous un jour parfait, il ne s’est jamais trouvé de hobby particulièrement plus plaisant que les autres, ou dans lequel il puisse être absolument sûr surpasser tout le monde.
Son regard est attiré par l’écran du téléphone dans sa main qui s’est enfin allumé, alors qu’il n’a appuyé sur rien. Il observe l’écran alors qu’apparaissent les mots Jan Lyons, « Ultimate Pianist ».
Souhaitant absolument conserver son air neutre, il se retient d’avoir quelconque réaction montrant sa surprise, mais il peut largement la ressentir. Pianiste ? C’est un fait, le jeune homme sait jouer du piano, et il s’en sort même plutôt bien, mais il a parfaitement conscience qu’il n’a rien de si spécial en la matière non-plus. Il commence à se demander si cette histoire d’Ultimate n’est pas une connerie, quand soudain, prenant joliment leur temps, apparaissent d’autres mots sur son écran, en dessous des précédents.
Ultimate Liar apparaît, sans guillemets, en gras, entre le précédent titre d’Ultimate et les mots Team Splendid auxquels il n’a pas encore prêté attention.
U l t i m a t e  L i a r .
Évidemment, tout est logique à présent ; mais trop surpris, trop choqué,  il laisse le téléphone lui échapper des mains et tomber platement sur le sol. Il reste immobile quelques secondes, regardant droit face à lui, se sentant soudainement perdu.
« Haha. C’est vrai que ça te va bien. »
Il coupé de sa malheureuse rêverie par le visage de quelqu’un, en face de lui, qui le regarde d’un air légèrement inquiet, et troublé lui-même, suivi par un corps avec un bras qui lui tend le téléphone qu’il a fait tomber.
« Fais gaffe, je ne sais pas si tu as remarqué, mais tu as fait tomber ça. », lui dit la personne cachée derrière tout ce visage et tout ce corps et tout ce bras.
Jan cligne rapidement des yeux, et lui prend rapidement le téléphone des mains, se retenant de lui arracher, de peur qu’il lise ce qu’il y est inscrit. Il sourit de son air le plus galamment inquiet, et répond :
« Ah, merci… Désolé, je suis un peu troublé par la situation. »
Il lui fait un signe de tête reconnaissant, et fait mine de détourner son attention vers autre chose, afin de s’assurer qu’elle s’en aille et s’occupe de ses propres problèmes.
Il fixe encore un moment son écran, s’adossant à un mur afin de s’assurer que personne ne le voie. Ce n’est pas qu’il ne lui correspond pas, loin de là, au fond de lui, il en a bien conscience, mais ce titre ne lui plaît pas. Il ne veut pas être l’Ultimate Menteur. Il ne veut pas être un menteur. Il veut juste être quelqu’un de charismatique et plaisant, qui ne se laisse abattre par rien.
Fourrant le téléphone dans la poche, il pousse un discret soupir, puis sourit calmement.
Bon. Un faux Ultimate. Qui lui est donné en plus. Les choses seront faciles ; mais il pourra quand même jouer à un petit jeu qui l’occupera bien. C’est tout ce qui importe – il vaut mieux qu’il se concentre sur les avantages de la situation avant que d’autres parties de son esprit commencent à se sentir brimées et contredites.
Il passe calmement par la porte d’entrée à présent ouverte, et observe sans se presser le paysage l’entourant. Cette situation est une occasion parfaite de s’amuser et prouver ses capacités ; bien sûr qu’il est content d’être là !
L’Ultimate Liar s’est déjà menti à lui-même.
feat. l'Ultimate Scientist; "Arrivée sur l'île"


avatar
Jan Lyons
Splendid
http://enclosed.forumactif.com/t51-jan-lyons-you-shall-know-nothing http://newwell-city.actifforum.com/


Jan Lyons
Splendid
03/09/2017




Messages : 42
Points : 75
Date d'inscription : 03/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP GLOBAL] Votre arrivée sur l'île.

Message par Katsue Hirotori le Mar 5 Sep - 22:50



Arrivée sur l'île





Il lui fallut un certain temps. Des secondes qui lui semblèrent durer une éternité, alors que ses sens lui revenaient progressivement. Les yeux entrouverts, elle regardait les taches floues qui l'entouraient devenir progressivement des formes plus nettes, et les sons déformés et distants qui lui parvenaient devenir à leur tour des voix, des cris et des pas. Puis elle réalisa. Des gens. Des centaines, peut être même des milliers. Et plus ses sens lui revenaient, plus elle réalisait le nombre effarant de personnes qui l'entouraient.

Elle serra discrètement les doigts pour s'assurer que ses muscles étaient fonctionnels, puis sentant qu'ils répondaient parfaitement, elle se leva d'un bloc, se mettant immédiatement en position de défense. Tournant sur elle même pour avoir bien en vue toutes les personnes qui l'entouraient, elle se déplaça lentement pour se retrouver le plus loin possible de tous les groupes d'inconnus. Ca lui laisserait plus de temps pour anticiper une éventuelle attaque, et riposter. Puis elle réalisa que les gens autour d'elle étaient tout sauf hostiles, et ne lui prêtaient quasiment pas attention.

Elle ramena lentement ses bras le long de son corps, et considérant qu'elle n'était pas en danger immédiat, prit le temps d'analyser un peu plus son environnement avant de prendre la moindre décision. Son regard vif parcourut la foule du regard à la recherche d'un individu qui serait un peu moins perdu que les autres, mais partout où elle regardait, le résultat était le même. Des gens perdus, paniqués ou furieux, des gens qui cherchaient une issue et d'autres qui se réveillaient à peine. Mais elle était certainement l'une des dernières à se réveiller, à en juger par le nombre de personnes rassemblées, qui avait visiblement renoncé à trouver une sortie à cet immense bâtiment.

Alors qu'elle jetait un regard aux portes, tentant de juger à distance de leur solidité, sa main alla machinalement vers la poche où se trouvait son portable, mais ses doigts se refermèrent sur un objet froid et inconnu. Alors qu'elle réalisait qu'à l'exception de ses vêtements, elle n'avait plus aucune de ses affaires personnelles, et qu'elle sortait l'étrange tablette de sa poche, une voix retentit dans le bâtiment, et elle tressaillit, de nouveau sur ses gardes. Impossible de repérer les hauts parleurs, la voix semblait venir de partout et de nulle part à la fois...

Une expérience sociale... Mais elle n'était pas un cobaye, et de toute manière, que pouvaient ils bien espérer tirer d'elle? Elle croisa les bras avec amertume, réalisant la sombre situation dans laquelle elle se retrouvait, fouillant dans sa mémoire pour essayer de comprendre comment et pourquoi elle avait bien pu finir ici. Quand la tablette vibra entre ses doigts, et attira de nouveau son attention.

Katsue Hirotori. Donc ils savaient bien qui elle était, et ce n'était pas un hasard si elle se retrouvait ici. Puis... Ultimate self defense. Elle resta immobile pendant quelques longues secondes, puis ses yeux se fermèrent lentement. Bien sûr qu'elle savait que ça lui attirerait des ennuis. Mais elle n'avait jamais pensé que cela irait si loin. Elle s'était fait remarquer, en voulant à tout prix devenir la plus forte, et à vouloir en retirer de l'argent...

Puis ses yeux se rouvrèrent, et un son lui fit hérisser les poils. Elle prêta à peine attention à la voix qui leur expliquait la signification du dernier mot, et le rôle des fameux groupes qu'ils avaient formé pour leur petite expérience. Elle n'avait d'yeux que pour les portes, à cet instant. Ces portes, qui s'ouvraient vers la liberté. Ou du moins, vers ce qui à priori allait être leur nouvel environnement. Elle rangea rapidement son nouveau téléphone dans sa poche, analysant déjà à toute vitesse les mouvements de la foule qui réalisait à son tour que les portes étaient ouvertes.

Un pas, puis un autre. Si quelqu'un devait sortir parmi les premiers, c'était bien elle. Elle était l'ultimate self defense. La personne la moins à même d'être blessée ou tuée quoi qui l'attende dehors. Et qui sait ce qui les attendait d'autre à l'intérieur...

Des pas plus rapides, elle accélérait et se rapprochait de la foule. Mais alors qu'elle s'apprêtait à y entrer pour atteindre la porte, son élan fut coupé par un mouvement attirant subitement son attention. Elle évita au dernier moment la jeune fille qui, sûrement bousculée par le mouvement de foule, venait de tomber à ses pieds. Elle hésita une fraction de secondes à la contourner pour continuer son chemin. Mais si elle faisait, elle finirait probablement piétinée, et quelque part, elle se sentait presque coupable de n'avoir même pas esquissé un geste pour la rattraper, trop préoccupée par atteindre la sortie.

Jetant un oeil autour d'elle pour s'assurer que les autres étaient trop loin pour la piétiner elle aussi, elle se pencha, et la prit dans ses bras, avant de la prendre sur son épaule, sans lui laisser le temps de protester ou de réagir. Songeant qu'elle était légère, elle prit quelques secondes pour s'habituer à ce nouvel équilibre, pliant un peu les genoux pour l'évaluer, puis elle plissa un peu les yeux. Maintenant bien la jeune fille d'un bras, elle s'élança vers la foule.

Tout allait très vite, et la foule bougeant en permanence lui demandait une attention considérable, mais elle gardait son sang froid et évoluait sans perdre de temps, se glissant entre les gens comme une anguille et évoluant dans les creux qui se formaient par instants. Elle n'avait pas de raison d'avoir peur, elle était dans son élément. Elle était l'ultimate self defense. Elle était intouchable. Et elle avait tellement assimilée la jeune fille qu'elle portait comme son propre poids et corps, qu'elle non plus n'avait dû toucher personne.

Elle parvint hors du bâtiment parmi les premiers, et continua d'avancer prudemment, pour éviter d'être bousculée par la foule qui suivait, et ne s'arrêta qu'une fois un peu à l'écart. Elle parcourut d'un regard son nouvel environnement, tout en surveillant du coin de l'oeil la foule, un peu dépitée. Une île. Ils étaient coincés sur une île. Comme un robot, elle déposa la jeune fille à côté d'elle, et sans un regard pour elle, elle commença à s'éloigner à grands pas de la foule qui commençait à s'épaissir, vers la ville encore vide.

Il avait fallu que ce soit une île...



Katsue Hirotori
Cuddle
02/09/2017





Messages : 91
Points : 121
Date d'inscription : 02/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP GLOBAL] Votre arrivée sur l'île.

Message par Ran Yoshita le Mer 6 Sep - 18:11

image of the character
Arrivée sur l'île
ft. beaucoup de monde
« c'est ce jour-là que tout commença. »

Ran ouvrit doucement les paupières avant de rouler sur le côté, ce qui occasionna sa chute. Suite à ce réveil brutal, elle se hissa sur ses mains avec de grands yeux et regarda autour d'elle. Elle n'avait aucune idée de l'endroit où elle se trouvait. Elle se retourna pour voir ce sur quoi elle avait dormi : un banc. Cela expliquait pourquoi elle avait un tel mal de dos. Elle se releva, son regard balayant les personnes qui l'entouraient. Elles semblaient tout aussi perdues qu'elle, certaines avaient même déjà commencé à paniquer. La brunette n'en était pas encore à ce point, car elle pensait qu'il ne s'agissait que d'un rêve.

Elle se faufila à travers la foule, puis après un certain moment, elle fut intriguée que rien ne se produire. Ses rêves étaient, d'habitude, très mouvementés. Il y avait aussi le fait qu'elle pouvait y faire ce qu'elle voulait; elle les contrôlait. Elle tenta de faire jaillir une boule de feu de sa main, mais sans succès. Ce ne fut qu'à ce instant précis qu'elle comprit que c'était la réalité. Elle commença à interroger les gens autour d'elle, cherchant à savoir s'ils savaient ce qu'il se passait. Personne n'en savait rien. Elle se dirigea vers une porte et tenta de l'ouvrir sans succès. Ils étaient enfermés ?

Alors que des larmes remplissaient peu à peu ses yeux, une voix résonna à travers tout le bâtiment. L'homme expliqua qu'il était l'Ultimate Scientist ainsi qu'ils étaient tous, eux aussi, des Ultimates. Il allait faire des expériences sur eux et ils allaient tous appartenir à un groupe distinct. Ran sentit soudainement quelque chose vibrer dans sa poche. Elle saisit le téléphone, surprise de constater que ce n'était pas le sien. Sur celui-ci était affiché ses informations. Ultimate Friendly, Spendids.

Amicale. Elle était la personne la plus amicale au monde ? Vraiment ? Elle songea que cette mise en scène n'était peut-être qu'une simple blague. Les portes de l'établissement s'ouvrirent et elle sortit, contente de pouvoir respirer de l'air frais. Puis l'hypothèse de la farce disparut en voyant la foule qui l'entourait. Elle ne sentit pas bien du tout sur le coup. Elle tomba dans le désespoir l'espace d'un moment... Puis fut résolue à en apprendre plus sur cet endroit.
Par Cheshire Cat pour Epicode
avatar
Ran Yoshita
Splendid
http://enclosed.forumactif.com/t64-ran-yoshita


Ran Yoshita
Splendid



Messages : 28
Points : 38
Date d'inscription : 04/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP GLOBAL] Votre arrivée sur l'île.

Message par Lillia Mizutani le Jeu 7 Sep - 0:01




...RAIIINNNBOOOW !

feat a lot of people


Lillia ouvre les yeux violemment en un zoom sur sa face aussi ridicule que sa position.

La petite était la tête à l'envers, les fesses collées au mur, jambes écartées, en jupe en plus, alors qu'elle semblait il y a quelques secondes être le plus paisible des anges dans son sommeil de sa bouille toute ronde. Lillia s'écrie un "OH" plus long qu'il ne devrait être après s'être roulée en boule trois fois de suite par terre, et faillir cogner un mur. Un cri aigu et porté qui réveilla surement pas mal des inconnus dans la même salle qu'elle. Elle se lève en un coup, comme revigorée pour une raison très très vague. Lillia soupire fort du nez alors qu'elle pose ses mains sur ses hanches. Elle s'essuie rapidement le filet de bave qu'elle avait le long de la bouche, et aussi fait coulé légèrement au sol dans son sommeil. C'est une splendide journée.

Lillia n'a pas la moindre idée d'où elle est, mais ça, ça arrive souvent. Comme ça arrive souvent elle ne se pose pas de questions. Il lui arrivait même de se perdre dans des endroits qui lui étaient pourtant très familiers, ou même d'oublier carrément. Elle se pavane alors tel un paon qui montre tout son attirail, elle court un peu partout, notamment dans les couloirs, elle passe à côté de gens, et sautille, faire notamment des onomatopée random alors qu'elle passe à côté des gens. Lillia a des bonds plutôt hauts quand on y pense, elle ne semble tenir en place l'enfant, elle balance ses bras ici et là, se met à sprinter d'un coup le long du couloir... Puis alors qu'elle passe une cage d'escalier, la petite saute d'un grand coup en espérant atteindre la plateforme plus bas.

C'est à ce moment précis que retentit une annonce.

Surprise.

Elle tombe sur quelqu'un qu'elle manque d'écraser.

Enfin manquer d'écraser c'est relatif, du point de vue de cette personne surement, se serait-elle prit le coude de la petite dans la tronche suivi d'un fort cognement de l'arrière crane contre le sol. Qu'en est-il de Lillia ? Et bien, pour sa part, elle se cogne le visage contre le mur derrière l'individu devant lequel elle tombe, puis se ramasse sur cette personne. La russo-nippone reprend ses esprits un peu plus tard, incapable de savoir combien de temps s'est écoulé entre ici et là. Elle n'entend rien sauf le brouhaha des discussions alors qu'elle se relève péniblement, elle entend des gens, il y en a beaucoup, beaucoup trop pour qu'elle ose les regarder, les assimiler, les écouter. Cela s'agite, cela parle, cela ne se calme pas. Un peu sonnée, les jambes en compote, même si habituée à la secousse, à sa maladresse. Elle n'a pas atteri quelque part inconfortable, au contraire. Lorsqu'elle ce sur quoi elle est tombée, elle remarque que cette chose est humaine.

-"AWAWAWAAWAWWAWAWAAA", s'écrie-t-elle, alors qu'elle s'agenouille à ses côtés. Elle panique, parce que la personne semble encore dormir, et on lui a appris que si elle rentrait dans les gens et que les gens la regardait pas après, c'est qu'il y avait peut-être un problème. Elle prend la personne par les épaules et la secoue de toutes ses forces. Pas de réponse, si ce n'est un crachat plus violent presque comique et l'assurance que la personne ne lui répondrait pas. Puis elle recule et essaie de voir si la personne bouge bien. Elle respire. Lillia soupire, toujours suante.

La petite se lève en un bond. Peut-être pour chercher de l'aide ou sûre que l'individu survivra, ou intéressée par autre chose d'un coup. Elle passe à côté des salles, d'autres salles, plein de salles, c'est comme s'il n'y acvait pas de fin. Cela amusait Lillia, qui considérait le lieu comme un immense terrain de jeu. Puis vint le fameux moment, le fameux moment où elle pense qu'elle rentre à nouveau dans quelqu'un. Et si cette fois elle tenta de ne pas trop se rater, ce fut cette tentative de rattrapage qui l'envoya se vautrer en un roulé-boulé pour finir sur la face devant la personne qu'elle voulait éviter.

Au moins elle n'aurait pas à nouveau causé à quelqu'un de perdre conscience. Enfin, plus qu'elle n'aie évité la jeune femme, c'est plus cette dernière qui réussit à l'esquiver comme il le fallait. Lillia ne comprend pas quand elle sent qu'on la saisit. Lillia comprend encore moins quand elle sent la jeune femme la porter courir de plus en plus vite. Lillia voit à peine les détails, encore moins les visages d'autrui. La personne l'ayant prise et posée sur son dos comme si c'était la plus facile chose à faire au monde faisait partie de celles qu'elle ne pouvait pas voir pour d'autres raisons, en effet la petite s'appuyait sur son épaule et son dos. Cependant, Lillia voit.

Elle voit un rouge, émaner de cette personne, une passion, une furie, une détermination qu'elle n'a jamais, au grand jamais pu percevoir chez quiconque qui soit avant. Pas une si féroce, si évidente, ni si pétante. Lillia n'a même pas besoin de voir son visage. Et puis devant elle, soit derrière Lillia et l'inconnue, comme, comme des suites de couleurs, certaines les ayant suivies de près, elle et le rouge, belles, claires, foncées, fortes, pastels, une palette qui émerveille.

Lillia n'a aucune idée d'où elle est, du pourquoi elle est là, du comment mais elle sait qu'elle va adorer être ici. Quand on la pose et l'oublie comme un élément du décor, Lillia gambade.

C'est autrui, l'ayant trouvée prête à dormir par terre devant le campus qui lui appris quel était son ultimate et quelle était sa chambre.


_________________

   
So strong and fragile
Like the rising moon or the setting sun, close to bring you warmth yet far to chill you to the bone - every half hour reminds you she goes and doesn't stop, be it with or without you. Were you to break the distance, she'll eat you up.

Lillia Mizutani
Cuddle
28/07/2017




Messages : 186
Points : 566
Date d'inscription : 28/07/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP GLOBAL] Votre arrivée sur l'île.

Message par Lars Rocbeth le Jeu 7 Sep - 17:38






Ultimate... Quoi ?!
feat.du monde !





Hartwin ne devait pas perdre de temps. Il avait une affaire importante à régler et cela avait un lien avec son pays. C'était sa plus grande affaire en tant que détective privé et il ne s'était jamais autant tracassé la tête, remué les méninges. Il avait passé des mois sur ca et il sentait qu'il y voyait la fin. La vérité sur cette escroquerie allait bientôt être dévoilée.
Enfin, c'est ce qu'il pensait.

Tandis qu'il se réveilla avec difficulté, comme si on l'avait assommé avec une massue, il entendit de nombreux pas et un brouhaha incessant. Surprit de ne pas se trouver dans son petit appartement, Hartwin se leva d'un coup sans réfléchir. Il semblait être dans un énorme bâtiment, dans une sorte de hall, entouré de nombreux individus qu'il ne connaissait pas et qu'il n'avait jamais vu. Totalement perdu, il réfléchit où est-ce qu'il pouvait bien être.



Je ne me suis quand même pas endormi dans un centre commercial... ? Dit-il tout bas.


Cela aurait totalement pu être possible. Hartwin dormait peu, voire pas du tout récemment. Il n'avait pas de temps à perdre. Plus vite ce sera fait, plus vite il pourra se reposer. Hors, devant lui, se trouvait un tout autre problème qui ne tarda pas à l'inquiéter.

Où pouvait-il se trouver ? Comment ? Et pourquoi ?

Beaucoup de questions dont il n'avait pas de réponse. Son cerveau se mit alors en marche. Il fallait qu'il trouve une réponse et parmi tout ce monde, quelqu'un devait bien être au courant ! Il avança donc et observa la foule, cherchant quelqu'un d'abordable. Une femme qui était là et qui semblait patienter.

Excusez-moi. Sauriez-vous où nous sommes ?


Tout comme vous, je n'en ai aucune idée... Ni même comment allumer cet appareil !


Elle pointa du doigt ce qui ressemblait à un téléphone. Hartwin se mit tout de suite à fouiller dans ses poches. Il sentit quelque chose de froid qui ne ressemblait pas à son téléphone portable. Il le sortit et l'observa. L'écran était noir, il regarda ensuite le dos, les cotés. Rien. Pas un bouton, juste un écran noir.
Le grand blond remercia la jeune femme avant de partir se poser dans un coin tranquille, où il pourra réfléchir calmement sur cette situation.
Situation qu'il ne contrôlait pas du tout.

Il se mit à fouiller dans son autre poche. Il sorti un paquet de cigarettes, rassuré. Ils avaient peut-être pris ses autres affaires, mais ces personnes avaient au moins la gentillesse de lui laisser son paquet.
Il l'ouvrit et sorti la seule et unique cigarette qu'il y avait.

Putain...


Hartwin avait l'habitude de mettre un paquet neuf dans sa veste. Or, il n'y en avait qu'une seule. Plutôt embêtant pour un fumeur. Cette histoire commençait à l'agacer de plus en plus et toujours pas d'indices. Juste une tablette.

Soudain à sa plus grande surprise, une annonce au travers des enceintes nous explique pourquoi nous sommes là. Que nous avons été sélectionné parmi tant d'autres par la Confédération des Sciences Universelles (C.S.U) pour participer à une grande expérience sociale. Hartwin, ne comprenait toujours pas et cela n'expliquait pas comment il s'était retrouvé ici. Il n'avait rien signé, ni envoyé de demandes spéciales ou je ne sais quoi !
Sans avoir eu le temps de faire quoique ce soit, son appareil se mit à s'allumer dévoilant des informations sur lui. Hartwin découvrit son Ultimate : Ultimate Détective. Jusque-là rien de surprenant. Il avait conscience qu'il possédait des facilité pour résoudre des enquêtes. Mais en quoi cela pouvaient-ils leur servir ? Il continua de lire les informations à son sujet. Il n'y avait pas d’erreur.

Le bruit de fond augmenta lorsque tout le monde vit des portes s'ouvrir, certains se précipitèrent, tandis que d'autres, plus méfiants, ou perdu, restaient. Hartwin se mit à courir non pas vers la sortie, mais vers le plus de monde possible pour leur poser des questions.

Bonjour, veuillez m'excuser pour cette question mais qu'exercez-vous comme métier ?


L'homme le regarda de haut et se mit à lui dire sur un ton acerbe :

En quoi ça vous regarde ?! Vous n'avez pas d'autres questions plus idiotes que celle-ci ? Alors que nous avons été KIDNAPPE ?!! LAISSEZ-MOI TRANQUILLE !


L'homme parti vers la porte qui menait vers l'extérieur. Décidément, certains adultes ne savent vraiment pas garder leur sang-froid. Pensa-t-il.

Il continua sa recherche et avait demandé à plus d'une dizaine de personnes. Médecin, professeur de mathématiques, informaticien, jardinier, comptable et pleins d'autres encore. Il n'y avait absolument aucun lien entre chaque individu. Seul ce mot "Ultimate" résonnait dans sa tête. "Individus spéciaux"... "Ultimate Scientist "... Allons-nous vraiment servir comme des sujets expérimentaux, dans quel but ?
Il reprit la tablette et regarda une nouvelle fois les informations à son sujet.

Cuddle.

Un lapin ?

Ne pouvant plus rien faire ici, il se mit à rejoindre la sorti, rejoignant un nombre incalculable d'individus.
Une toute nouvelle enquête commença pour Hartwin Gunther.





© Code Anéa - N-U
avatar
Lars Rocbeth
Cuddle
http://enclosed.forumactif.com/t68-hartwin-hartwin-gunther-a-votre-service


Lars Rocbeth
Cuddle



Messages : 65
Points : 80
Date d'inscription : 04/09/2017
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP GLOBAL] Votre arrivée sur l'île.

Message par Charly Censkid le Sam 9 Sep - 19:18


Arrivée sur l'île

Charly Censkid


Bâtiment inconnu


Je me réveille tranquillement, alors que je dormais bien dans le coin d'une salle.
Mes bras avaient attrapé dans mon sommeil une caisse en carton que j'ai inconsciemment utilisée comme coussin.
Je me relève et masse ma nuque endolorie.
...
Je suis où là ?
Je reste ainsi, fixé sur place à constater que je ne suis pas chez moi mais bien dans un endroit totalement inconnu et que je n'ai absolument aucune
idée de comment j'ai pu atterir ici. Je ne me rapelle même pas de ma soirée d'hier. Je me serais bourré à ce point ?
Je sort mon téléphone de ma poche. J'aimerais y voir l'heure, mais la seule chose que je peut voir est l'écran noir de ce qui n'est, en fait, pas MON téléphone.
Je murmure : "Qu'est-ce que c'est que cette histoire ?"

J'observe les alentours.
Je vois tout plein de corps autour de moi. Ils sont morts ?! Non, certains commencent à s'éveiller.
Je regarde mes mains. Elles ne sont pas troubles, donc ça confirme bien que je ne suis pas en plein rêve lucide. On sait jamais, ça aurait pu expliquer.
Donc si j'admet que tout les autres sont dans la même situation que moi, on nous aurait massivement enlevés sans que l'on ne se rapelle de rien et placés dans cette salle sans rien nous dire. On aurait donc affaire à un tueur de grande ampleur qui veut nous voir tous souffrir pendant que nos poumons se mettent à fondre et que l'on s'étouffe avec un gaz mortel qu'il ne tardera pas à balancer une fois que tout le monde sera réveillé.
Ou alors, on pourrais penser à une énorme expérience sociale genre, expérience de Stanford menée dans l'ombre sans même notre autorisation. Si je pousse un peu cette dernière théorie, je pourrais même imaginer que moi mis à part, tous ceux qui sont ici sont en réalité des complices de l'expérience et que je suis le seul cobaye.
Dans ces deux cas, nous auraient-ils pris au hasard ? Je ne vois aucun visage familier j'imagine donc que ce ne serait pas un lien direct ou évident.
Mais il doit y avoir autre chose, je ne peut pas croire que celui qui nous a enlevé l'a fait en visant aléatoirement les gens... C'est beaucoup trop organisé pour ça.
Une chose est sûre, si nous sommes laissés à notre compte ainsi il ne sera qu'une question de jours au mieux ou d'heures avant que certains sangs chauds ne commencent à s'énerver.
Il vaudrait mieux commencer à observer ceux qui m'entourent, je trouverais peut-être des personnes avec qui m'associer et partager mes idées.

J'observe donc mes semblables. Tous expriment un sentiment d'incompréhension, tout le monde est assez perplexe devant notre situation, sauf quelques-uns dont je retiens les visages. Quelques personnent partent de leur côté dans les couloirs sombres, ils sont sans doutes partis chercher un moyen de sortir, mais ils n'ont pas encore compris qu'une organisation, par ce que cela ne peut-être le travail d'un seul homme, du moins j'en doute. Qu'une organisation, donc, qui a réussi à tous nous enlever, sans que l'on ne se rendent compte de rien, en esquivant les potentielles recherches que la police devrait faire sur nous en ce moment même, de nous amener tous ici dans ce même bâtiment et de nous faire réveiller en même temps, sans doutes grâce à un somnifère, ne va pas bêtement avoir oublié de fermer la porte de derrière. Enfin bon, au moins ils essayent. C'est mieux que la plupart des gens que je vois qui ne font rien que de partager le fait qu'ils ne savent rien.
Une fille en particulier attire mon attention. Elle est tout à fait sereine et souriante, et sautille en se baladant. Si l'on prends du recul pour voir toute la pièce et ses
occupants, le comportement de cette jeune fille se détache vraiment du reste. C'est comme si elle savait ce qui allais arriver et, par conséquent, en étais presque impatiente. Vraiment étrange. Il me faudra garder un oeil sur elle.
Une petite lumière se met à clignoter sur les quelques haut-parleurs installés dans les angles du plafond de la grande salle ainsi que dans les quelques couloirs.

Après quelques grésillements, une voix résonne entre les murs du vieux bâtiment. Une voix masculine, mais qui pourrait très bien être modifiée.
Elle se présente comme étant l'Ultimate Scientist. Un titre bien orgueilleux me semble-t-il. Elle se met à répondre à nos interrogations et ce en quelques phrases.
Ultimates. C'est donc ça qui nous liait. Mais alors, si je suis de ceux-là, en quoi suis-je si bon ?
C'est à ce moment que la tablette qui se trouvait dans ma poche se met à vibrer. Je la sort en même temps que tout les autres et y découvre ce qui sera mon titre ici.
Ultimate Sight. Qu'est ce que ça veut dire ? Que je suis la personne la plus agréable à regarder ?! Ah mais non, qu'est ce que je suis con ! Ca veut dire que j'ai la meilleure vue ! Mince, mes potes avaient raison alors, ma vue est si bonne que ça ?
Quelques dizaines de pixels au dessous de ce nouveau titre se trouvait une image de mouton, accompagné du titre " Lammy ". Je n'y porte que peu d'attention.
Encore une fois, la même voix expliquait au travers de ces hauts parleurs. Des groupes, des adversaires et des expériences menées sur nous.
C'est encore pire que ce que je pensais. Enfin, pas pire que le gaz mortel, mais c'est pas la joie non plus. Si les types s'y prennent bien..., ils pourraient nous faire monter les uns contre les autres...

La lumière qui clignotais sur les hauts parleurs finit par s'eteindre. Cette voix ne nous parlera plus.
Et donc ? C'est tout ? Ils nous laissent encore comme ça ?
Les grandes portes se mettent alors à s'ouvrir dans un bruit lourd de grincement, amplifié par l'écho de la salle.
Aussi tôt que l'entrebaillement des portes fut suffisant pour y laisser passer des gens, la grande masse quasi-immobile jusque maintenant se rua vers l'extérieur.
Certains solitaires suivirent le mouvement, tandis que d'autres, comme moi, décidèrent d'attendre encore un peu. Quelques minutes après le brouhaha, il ne reste à l'intérieur qu'une poignée de personnes. Malheuresement, cette fille qui semblait en savoir plus que nous n'est plus là, elle a dû profiter de la mélée générale
pour fuir avec les autres. Finalement, après avoir pris la précaution d'inspecter rapidement les couloirs vides, je décide de sortir du bâtiment afin d'en apprendre un peu plus sur notre nouvelle situation et la personne derrière tout ça.
Un grand soleil perce à travers des barrières électriques installées au loin. Celle-ci sont innateignables et ne semble pas avoir de failles.
Je ressort ma tablette que j'inspecte à nouveau en vain. Je finis par naviger entre les différentes applications qui y sont instalées et j'y apprends qu'une chambre est assignée à chaque personne. Nous allons donc rester longtemps ici sembe-t-il. Mais comment cette organisaiton compte-t-elle échapper aux forces armées du monde entier plus de quelques jours ? Je réfléchirais à tout ça plus tard. Si nous sommes contraints à vivre ici, et si je ne veux pas dormir dehors, autant se dépécher de trouver ma chambre.


© ASHLING POUR EPICODE



Charly Censkid
Lammy
Jouy-le-Moutier



Messages : 211
Points : 907
Date d'inscription : 01/09/2017
Age : 18
Localisation : Jouy-le-Moutier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum