[Libre] So close yet so far

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Libre] So close yet so far

Message par Tifani Stanley le Ven 22 Juin - 23:18


So close

yet so far

ft. Kendra the spy

L'obscurité régnait sur les plaines, et on distinguait à peine la silhouette de l'ultimate flirt, recroquevillée sur elle-même, au beau milieu de ce paysage.

Profondément endormie, Tifani ne sentait pas le vent balayer le terrain à intervalles régulières, et mettre un peu plus de désordre dans ses cheveux ébouriffés. Heureusement pour elle, la douceur de l'été l'empêchait de frissonner sous les assauts des bourrasques, bien protégée par son vieux pull trop grand pour elle.

Même si elle était parfaitement immobile et détendue dans son sommeil, l'expression de Tifani trahissait l'agitation qui l'animait intérieurement. Son esprit passait d'images en images, certaines rassurantes, certaines moins, mais tous sans réellement de sens, et elle se laissait porter de l'une à l'autre. Elle pouvait distinctement sentir la chaleur d'un corps contre le sien. Puis tout d'un coup, ce dernier disparut pour lui laisser une sensation de froid glacial, impossible à véritablement calmer. Puis une respiration, tantôt douce, tantôt saccadée. Rien de tout ça n'avait vraiment de sens, mais elle avait ce sentiment, au plus profond d'elle. Comme une impression que quelque chose, dans tous ces fragments, l'appelait.

Alors que son cerveau commençait à s'éveiller, elle se retrouva face à une silhouette sombre, debout devant l'encadrure d'une porte. Malgré tous ses efforts pour se souvenir, cette silhouette restait indiscernable, tous comme les mots qu'elle prononçait, et qui ne lui parvenaient que comme de lointains échos étouffés. Elle renonça avec un soupir quand la silhouette s'évapora pour ne laisser qu'une porte entrouverte, et qu'elle commença à reconnaître le décor de son ancienne chambre. Certains meubles étaient clairement de cette pièce, même si étrangement, le lit était un peu différent.

Puis comme un flash, un détail attira subitement son attention. Derrière le coin de son lit, elle le devinait vaguement, mais ses yeux s'écarquillèrent immédiatement. Il y avait des tâches de sang sur le tapis. Et elle pouvait deviner le manche d'un couteau. Son coeur s'accéléra, alors que des images froides passaient brutalement devant ses yeux, trop vite pour qu'elle ne parvienne réellement à les discerner. Puis un visage familier, qui la fit se réveiller en sursaut instantanément.

- Kendra!

Encore à moitié endormie, son cri étouffé tenait au final plus du glapissement qu'autre chose. Mais la terreur qui assombrissait ses yeux verts disparut assez rapidement quand elle réalisa où elle se trouvait. Sa respiration et les battement de son coeur reprirent un rythme normal, et elle s'allongea de nouveau dans l'herbe, se laissant tomber sur le flanc. Elle s'était endormie au beau milieu de nulle part visiblement. Les mauvaises habitudes de Katsue déteignaient sur elle.

Esquissant un sourire, elle se mit machinalement à jouer avec les brins d'herbe qu'elle sentait sous ses doigts. Mais elle le perdit assez vite, le coeur encore un peu serré. Elle essayait de se réconforter, en se rappelant que Kendra était bel et bien morte, depuis plus de 3 ans désormais. C'était ridicule de sa part d'en faire des cauchemars, et de toute manière son amie n'aurait pas voulu ça. Elle qui avait toujours plus ou moins détesté la vie... elle était dans un endroit bien meilleur depuis. Cette pensée lui arracha un sourire de nouveau. Peu importe si elle n'était plus là. Là où elle était, elle ne pouvait plus souffrir. Et c'était tout ce qui comptait vraiment.

Alors que ses yeux commençaient à s'habituer à l'obscurité, elle se mit de nouveau sur le dos, et regarda doucement le ciel étoilé. Sans vraiment y réfléchir, elle tendit le bras vers ce dernier, puis finit par le laisser tomber, cédant face à la gravité. Le ciel était magnifique ce soir là, illuminé de millions d'étoiles. Elle reconnaissait quelques constellations parmi elles, et regrettait d'en connaître si peu. Si Kendra avait été là, elle aurait presque pu les localiser sur la planète. Mais peu importe. Elle n'avait pas besoin de ça pour apprécier ces milliers d'étoiles. Elles étaient si lumineuses qu'elle avait l'impression qu'elle aurait presque pu les toucher du bout des doigts. Si proches, et pourtant si loin. Tout était toujours question de point de vue.
Code de Yoppy | Render de papillons par Roy3D

Tifani Stanley
Lammy




Messages : 108
Points : 253
Date d'inscription : 01/10/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Libre] So close yet so far

Message par Luce Millaray le Dim 8 Juil - 17:20

So close yet so farLes plaines le soir étaient calmes, le ciel clair et dégagé. Ce sont ces soirées où la nitescence aimait se balader. Pieds nus caressés par l'herbe, crinière d'or balancée par le vent frais de juin. Calme plénitude et sérénité résonnaient en ce lieu comme peu d'autre. Les plages avaient leur charme, il est vrai, mais au loin voyait-on cette promesse de liberté s'étendre d'un bleu nuit, barré par des pylônes électriques. Il n'y avait souvent rarement grand monde ici, qui plus est, et ça demandait d'elle moins d'effort de s'y rendre que disons passer une nuit sur une barque du lac. Luce aimait marcher ici, pour penser à ce qui s'est passé jusqu'à lors, comment cela fait plus d'un an qu'ils sont sur l'île.

Lorsque Luce te trouve, Tifani, loin là dans les herbes à regarder le ciel dans cette solitude mais également une sorte de peinture dont l'épéiste ne souhaite briser la magie. Elle s'en approche, éventuellement, note mentalement de le marquer dans sa mémoire pour te faire un portrait qu'elle te montrerait plus tard. La jeune femme s'assoit à côté de toi au lieu de s'allonger, sans prévenir, ne voulant pas salir ton combishort imprimé fleuri carmin à col plongeant et nœud.

-" Comment tu te sens ?"

Pas de "comment t'es arrivé là" ou "relève-toi, allez" ? C'est étrange. A la place, Luce a cet aura de nostalgie et d'étrange calme apporté par l'atmosphère de cette soirée. L'ultime swordsmaster te sourit. La chaleur bien trop importante pour qu'elle dorme tout de suite au dortoir, l'air trop bon dehors pour qu'elle n'en profite.

Un an et vous avez beaucoup échangé en un an, rapidement rapprochées par des circonstances et cette même équipe qui vous soude. Rapidement rapprochées ((vous ou les autres)) par ce danger vous menaçant tous. L'épéiste a été rapide pour partager un sens de camaraderie avec les autres roses, tu en faisais partie toi aussi, mais toi tu charmes, de ton sourire si spontané - et ce sans forcément vraiment le vouloir. Elle t'a bien aimé d'abord, tu étais un peu bête d'après elle à sauter dans les dangers sans sens de préservation - mais Luce avait été là pour toi lorsque ça comptait, sauvée de son épée, sauvée de sa compagnie.

Toi aussi cependant, elle t'es reconnaissante te de savoir avec elle - vous êtes deux jeunes femmes qui se rappellent de leur âge et leur jeunesse lorsque le monde ne souhaite de vous l'oublier. Voir des horreurs, souffrir, vous sentir responsable, vous êtes sujettes comme pour le reste aux expériences que concocte E.V.E pour vous. Est-ce cela que de vivre ? Avec le poids certain de la mort sur soi ? La rose n'en sait rien, tout ce qu'elle sait c'est que sans tout ce monde ce serait vachement difficile. Luce se voyait comme quelqu'un de fort, tu le savais, mais elle était également forte car capable de voir en quoi étaient ses limites. Du moins, elle s'était améliorée à ce niveau le long de toute une année. Au début elle partait au quart de tour, à se mettre visiblement en danger dans le processus, qui plus est. Une année passée à tes côtés, une année, passée à vivre, à survivre - les moments où le son manque et où vous vous trouvez là toutes les deux semble presque du répis comparé à tout ce que vous aviez à endurer.

Cela ne change en rien la vérité de ce que vous aviez vu, encore aujourd'hui, Luce cachait ses troubles derrière un visage de marbre lors des épreuves et un sérieux, une colère qui rugit quand injustice se fait. Il lui est arrivé, de se montrer trop compétitive, de s'en prendre à des cuddles ou des splendids dans le coeur de sa rage la plus complète. La peur d'échouer est grande puisqu'elle équivaut la peur de la mort tout court. Sèche, avait-elle été, cassante presque, virulente même dangereuse.

Elle blesse, mais se refuse de tuer comme le font d'autres - t'as défendu toi face à d'autres plus mauvais encore. Là elle était assise à côté de toi, à te sourire, un temps à deux comme il vous est arrivé d'en avoir, un temps à deux comme vous en aurez encore avec le temps et elle te demande, à toi qui sourit si bien toi si frivole et si apparemment détachée par tout ce qui puisse espérer un jour la toucher...

Luce ne sait pas qu'elle te demande comment tu te sens pour te rappeler de ta condition d'humaine.
© 2981 12289 0

Luce Millaray
Lammy



Messages : 175
Points : 660
Date d'inscription : 29/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Libre] So close yet so far

Message par Tifani Stanley le Dim 15 Juil - 18:29


So close

yet so far

ft. Kendra the spy

Tifani tressaillit légèrement lorsqu'elle sentit plus qu'elle ne vit quelqu'un s'assoir à côté d'elle, mais fut bien vite rassurée de reconnaître une voix familière.

Très vite, elle se détendit et un sourire léger vint flotter sur son visage.

- Comment tu te sens ?

Tifani laissa échapper un léger rire, ravie, puis elle s'efforça de bouger son corps endolori pour se retrouver sur le flanc, face à Luce. Son coude appuyé contre le sol, elle cala sa tête dans sa main pour dévisager sa meilleure amie, un grand sourire aux lèvres. Malgré sa maladresse, elle gardait un regard confiant, bien qu'embrumé par le sommeil. Elle la détailla rapidement de la tête aux pieds, et plissa un peu les yeux, son sourire s'élargissant. Elle avait beau savoir que la question de Luce était lourde de sens, elle n'avait vraiment pas envie de penser à quoi que ce soit d'autre qu'elle ce soir là. Et elle était bien décidée à retourner la situation à son avantage.

- Maintenant que mon polochon préféré est là, bien mieux!

Sans même prendre le temps d'ajouter quelque chose, ou de s'expliquer, l'ultimate flirt se redressa tant bien que mal pour se retrouver assise aux côtés de Luce. Elle la regarda quelques secondes, observant sa position, puis se laissa basculer sur le côté pour s'appuyer de tout son poids sur le flanc de son amie. Elle releva sa tête désormais appuyée sur son épaule, lui adressant un sourire comme si c'était la chose la plus normale qui soit. Puis elle laissa échapper un rire, légèrement éraillé par les longues heures à dormir dans les plaines. Elle s'amusa à prendre une voix de narrateur, plus grave et profonde, en coulant un regard tantôt sérieux tantôt moqueur à son amie.

- Luce, ultimate épéiste, réputée pour son immense collection, ses combats impitoyables, sa rage redoutable et redoutée, la plus brillante des guerrières, la plus charmante des femmes, et le polochon le plus con-for-table du monde. Bon résumé, non?

Elle rit de nouveau, avec une certaine insouciance. Elle n'avait même pas conscience à cet instant qu'il aurait suffi à Luce de bouger de quelques centimètres seulement pour qu'elle se retrouve brutalement allongée dans l'herbe, l'esprit encore embrumé par le peu d'alcool qu'elle avait bu quelques heures avant de finir sur les plateaux. Mais malgré sa joie de revoir celle qu'elle considérait comme sa meilleure amie sur l'île, les étoiles lui rappelèrent impitoyablement son songe et ses souvenirs mélancoliques. Elle perdit quelques instants son sourire, et son expression laissa place à une certaine surprise quand elle sentit des larmes couler sur ses joues. Elle leva son bras pour les essuyer, et les regarda quelques instants, sans comprendre. Depuis combien de temps n'avait-elle pas pleuré? Elle avait l'impression que cela faisait une éternité.

Elle se souvint alors de la présence de Luce, qui avait dû remarquer son petit ménage, puisqu'étant toujours collée à elle, elle devait sentir le moindre de ses mouvements. Elle esquissa un sourire qui se voulait rassurant, et se serra un peu plus contre elle. Elle savait que ça l'ennuierait sûrement, et à vrai dire, c'était un peu ce qu'elle espérait. Tout ce qui pourrait chasser les questions ou l'inquiétude qu'avait peut être amenées son attitude était le bienvenu. Elle souffla nonchalamment pour chasser une mèche qui lui tombait sur le visage, et prit un air charmeur, haussant les sourcils de manière ridiculement appuyée.

- Et dans tout ça, qu'est-ce qui amène une aussi jolie jeune femme ici?
Code de Yoppy | Render de papillons par Roy3D

Tifani Stanley
Lammy
01/10/2017




Messages : 108
Points : 253
Date d'inscription : 01/10/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Libre] So close yet so far

Message par Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé




Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum