Pari stupide [ft. Owain]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pari stupide [ft. Owain]

Message par Luce Millaray le Sam 17 Fév - 0:46



Luce Millaray Featuring Owain S. Baxter



Pari stupide

Ce ne te met en émoi, une barque, lui et toi. Les eaux sont paisibles, pagaies à vos côtés, vous vous êtes laissés glisser au gré du vent. La lune vous enrobe de sa couverture argentée dans la pénombre. Toi et lui, vos arts et vous. Tu brandis tes crayons et lui tient d'entre ces mains son objectif. Cela ne vous enchante ni l'un ni l'autre d'être là, comme des "amoureux" au milieu d'une balade sur l'eau cristalline. Vous vous étiez disputés sur la plus petite, des ridicules broutilles - comme quoi ce que vous tenez entre vos doigts est supérieur à l'autre. ((Owain ne le pense pas vraiment, il a été attiré par la manière dont tu défendais les crayons comme si ta vie en dépendait, oui en soi, il avait voulu détruire en morceaux tes convictions si ça voulait dire qu'il aurait raison - c'est comme ça que tu le vois)). C'est insupportable comment il trouve la chose à dire pour te tirer les cheveux, il fait exprès, ça ne peut pas être autrement.

Regarde le, il n'est plus aussi souriant, "parfait" qu'il l'est avec tant ((une part de toi se demandait pourquoi quand ça te concernait il devenait soudainement mauvais, la compétition tu décides finalement, dans un regard irrité à son envers, c'est que ce n'est en rien le summum de la maturité)), enfin souriant, il est plus - moqueur, un memelord dans le sens le plus vulgaire du mot un gars assez abrasif, avec en rien de la compassion pour les autres ((ou un niveau auquel tu attends d'un être humain décent, quoi)) un troll. Tu n'as pas la patience d'essayer de le comprendre, mais vous voilà là, assurés que vous pourriez prouver qu'il vous est possible de passer une journée agréable en compagnie de l'autre.

---

Ils se disputent encore, et cette fois Owain semble craquer.

-"Ecoute, on devrait juste laisser tomber, prétendre que c'est jamais arrivé, et on dira à Mikako qu'elle avait raison et voilà, ça me hype pas du tout, comme si elle ne le savait pas déjà tiens, c'était clairement irrationnel son comportement à elle pour le pointer du doigt. Elle s'était pensée assez digne de respect pour au moins ne rien dire le temps passé avec lui, au dessus, promis parce qu'elle tient à sa parole autant que lui à ses memes. C'était étrange de vous retrouver d'abord - il aurait eu l'air étrangement sympathique, et toi charmé un tas, mais parce que vous êtes qui vous êtes ce finit évidemment par déraper. C'est limite parce qu'il t'énerve encore plus que tu es là en sa compagnie actuellement, assise face à un visage qui te regarde de ces yeux désapprobateurs. Tu pourrais voir ce qu'il y a d'attirant dans comment il se tient, ou est, mais il faut toujours qu'il dise, fasse quelque chose pour briser ce semblant d'agréable qui l'accompagne.

Ces remarques semblaient se moquer de toi, s'assurer que tu passes, souffres une journée à ses côtés. Bien sûr que tu comptes lui faire mordre la poussière.

- Rappelle moi c'est à qui l'idée qu'on soit là déjà hein ? Tu comptes tant te défiler comme ça ? Même de ta part, c'est décevant.

- Chill la miss, personne t'as jamais forcé à quoi que ce soit si t'es si pas contente, tu peux aller nager jusqu'à la rive, yolo, Luce serre la main sur son sabre autour sa hanche, et Owain commence à bégayer dans ses mots, reprend l'action de pagayer dans sa panique, fin, euh, si veux savoir c'est que t'as un trop grand sens du devoir, et de ta personne... pour, juste partir et trahir ta parole

Il ne se rattrape pas vraiment, mais c'est assez pour que la nitescence le fixe et croise des bras, il se fait tard et Owain a insisté qu'ils viennent voir un festival de lanternes d'ici. Elle aurait préféré en faire s'envoler elle-même.

- J'pourrais dire la même chose que toi.

Le silence se fait un peu plus calme, un peu court, mais présent.

- Tu seras surprise, j'suis pas aussi con que tu l'avances.

Elle rit ce gloussement méprisant, il est à ça de tiquer par réflexe, mais claque seulement de la langue à la réponse de l'ultime swordsmaster. Le sujet était pas de rendre cette journée agréable, juste vivable. C'était pas si mal à ce niveau. Ils étaient peut-être à ça de limite se cracher dessus des fois, être mauvais avec l'autre pour le principe ((elle sait pas que c'est elle qui l'influe principalement à avoir ce comportement avec elle, il la miroite par habitude au final, dans une gestuelle et un caractère défensif même si propos et actions ne collent pas à ce qu'on trouve d’habitude chez lui.)) Owain est difficilement vu faire autre chose qu'avoir cette tête d'imbécile heureux, salement, tout le temps heureux, des gens qui veulent le voir misérable existent et doivent bien être nombreux. Luce l'a vu être égoïste, stupide, têtu, méprisant, cassant même, elle peinait à voir ce qu'aimaient chez lui ses fans. ((De plus qu'elle le voyait comme ce bourreau en constante rechercher d'attention et d'amour, comme en manque, tourné vers les réseaux sociaux par peur d'affronter le monde plus cruel qu'il était prêt pour)).

Que lui disait-elle ? Qu'il était une bien pauvre chose. Il s'était énervé contre elle cette fois, fort. Comment dire, elle ne portait pas près des plus belles choses qu'elle ait dit ces propos, nourris par le mal qu'elle voulait lui causer dans un éternel cercle vicieux de non communication et impression que l'autre cherche à blesser quand vérité n'est pas. Cet air maladroit par une touche de malaise quand il la regarde ((le malaise défensif, montré par une assurance à clasher, il lui rappelle elle en un sens qui ne peut que l'insupporter)) comme en coupure avec l'intérêt, le sérieux qu'il porte à ses photos ((celles qu'il lui a montré avant qu'elle ne veuille plus l'écouter, son travail étant malgré tout digne de compliments)).

Les premières lanternes s'envolent au loin, incite le rayon à les regarder, les compter. Owain se tourne finalement, reflet de flammes aux loin dans le bleu de ces yeux. Il se dépêche, pagaie là où les arbres n’obstruaient pas leurs vu à elle et lui, s'exclame comme un enfant devant ces cadeaux. Luce manque de tomber en avant avec l'hardiesse avec laquelle il s'y prend. Le blond marche en sa direction, la jeune femme panique, finit par lui laisser un peu de place et remet franchement question que la barque tienne si le memelord tient à filmer ce qu'il voit dans cette position presque allongée à ses côtés.

- Aie un peu de décence, tu veux bien ?

- Hahah, y'a que toi que ça dérange, Luce,

Elle ouvre la bouche pour le contredire, mais c'est trop tard, la ruée de lanterne voit son nombre s’agrandir, et la splendeur de ses lumières dans cette pénombre au loin font vibrer la jeune femme. Elle resserre la poignée qu'elle avait sur son carnet, sort de son sac à main d'autres crayons nécessaire pour illustrer cette lueur d'espoir au loin. Elle le voit bien lui, s'est arrêtée un instant à se demander si elle doit dessiner ces traits à lui avec le paysage, car il semble briller pour une belle raison, la mine réjouie, l’œil concentré mais excité.

Simple curiosité, elle commence par dessiner son nez, manque des lanternes passées, il semble trop occupé pour la remarquer. Ce ne dure vraiment un moment parce qu'il finit par baisser son appareil, et vers elle ces yeux se tourner. Il la regarde, elle le regarde. Ils ne disent rien. Ah parce qu'en plus il faille qu'il rende ça encore plus malaisant qu'il ne l'avait pas deja fait, faisait-il exprès ? Elle aurait vraiment préféré qu'il se moque d'elle à se stade. Et, elle se sent rougir, en plus, super.

Owain entre ouvre ses lèvres, s'il dit quelque chose, elle ne l'entend pas, ou il n'a pas parlé assez fort. Il a un regard sur le côté un instant, à nouveau vers elle, se rapproche et.. elle attrape sa caméra et le pousse hors de la barque. Le blond, prit des nues, peine d'abord à remonter à la surface, arrive après un moment à se rattraper au petit bateau, trempé, un sourire, pas aussi, irrité qu'on aurait pu penser.

-.Je te jure la seconde ou je remet pied sur cette barque... Amusé par la tournure de la situation, au final. Bon, l'eau est froide, mais, ça va franchement, pour un été, c'était rafraîchissant. Elle essaie d'ignorer le fait d'être encore déboussolée, une touche rouge comme si facilement se colore sa peau, pas question qu'il voie ça, il ne la laissera jamais tranquille

- Tu fais ça, et c'est ta caméra que je jette à l'eau,

- ...Okay, okay, time out, il halète, décidément qu'on ne lui laissait pas de répis.

Peut être encore sous son ombre, il s'assoit en face d'elle comme si de rien était, retire son haut sans la moindre pudeur. Luce lui lance un compliment et il hausse des épaules un merci tout à fait nonchalant. La jeune femme s'était de nouveau prise pour objet de son admiration la vue, le memelord lui plus occupé à s'occuper de ce à quoi il devait s'affairer pour ne pas tomber malade plus tard.

Ils feront plus tard comme si de rien était entre eux. Luce, pensant particulièrement que c'était un pari stupide qu'il finirent par tenir, et Owain qu'ils étaient plus stupides encore de l'avoir accepté et relevé. Les prochaines fois où leurs yeux se trouvent, ils détournent le regard.
codage par LaxBilly pour Stich ins Glück

Luce Millaray
Lammy



Messages : 170
Points : 647
Date d'inscription : 29/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum